Atterrissage Court avec Obstacles: CYJN

Dans le POH comme dans les manuels d’étude, on parle régulièrement d’atterrissage court avec obstacle. On voit l’image d’un gros sapin ou d’une ligne électrique avant le seuil d’une petite piste, mais la plupart de nos vols se terminent à de beaux aéroports avec pistes pavées, larges et assez longues. On exécute les exercices, mais à moins de vouloir devenir pilote de brousse, on se demande bien si les techniques mises en oeuvre nous serviront un jour.

Eh bien OUI.

Le mercredi 6 novembre 2013, j’effectue un vol de Bromont à Saint-Jean en solo à bord de C-GNDP. À Bromont le vent est présent mais ne pose pas de problème évident. En altitude, le vol en croisière en fait est doux. Maintenant je dois négocier l’approche à Saint-Jean. Le vent souffle de 180° à 18 noeuds, rafales à 24, favorisant la piste 20. Mais le controleur observe des nuées d’oiseaux qui en bloquent pratiquement l’accès. Il me suggère la piste 24 et mieux encore si je suis à l’aise avec un tel vent de travers, la piste 29 (Il a plus tard suggéré la 11 à un autre avion qui prouve à quel point ce vent est perpendiculaire à la piste). J’ai choisi l’option 24 et j’ajuste mon approche en conséquence. 80 noeuds, puis je mets 10° de volets, c’est turbulent. Ça va être interessant comme arrivée. Je vois le problème. J’allume le phare d’atterrissage de l’avion. C’est vrai qu’ils sont nombreux. Ce sont des corneilles. Je passerai au-dessus d’elles, puis avec plein volets je me rendrai au sol. Il me reste la moitié de la piste pour le roulage au sol. Malgré la manoeuvre, le vent de travers à 55°, le fait que je sois assis à droite pour piloter, le toucher des roues est bien réussi. Je n’ai même pas besoin de freiner ardamment. C’est une application pratique de l’atterrissage court avec obstacle.

-Alain Pepin, 8 novembre 2013

Oiseaux à Roxton Pond
Oiseaux à Roxton Pond

Article écrit par