Givrage vécu

Givrage
Givrage sur C-FWLF

Maintenant que les grands froids de Janvier sont derrière nous, les menaces de givrage vont se remettre à apparaître sur les GFA. Tout givrage de la cellule est dangereux et doit être évité par tous les moyens possibles. Laissons Jean-Sébastien Dominique raconter les expériences qu’il a vécu avec les deux types de givrage.

Le givre clair se forme en premier sur le bord d’attaque de l’aile et remonte vers l’arrière… je suis déjà passé dans de la fine pluie au départ de Bromont et à 1600 pieds, le givre s’accumulait, alors j’ai fait un 180° pour me sortir de la pluie, et je suis descendu plus bas en espérant que ça fonde. La température était tout juste sous le 0°C et comme de fait, en descendant même de 200 pieds le givre s’est mis à fondre.

Pour le givre blanc… J’étais au départ de Thunder Bay tôt le matin et il faisait -35°C. Je venais de terminer de déglacer l’avion et de réchauffer le moteur. Au décollage, en passant 500 pieds, le premier tiers du dessus de l’aile (du bord d’attaque vers l’arrière, en excluant le bord d’attaque lui-même) se couvre instanténament de givre blanc. Il y avait un nuage de vapeur d’eau juste au-dessus de la ville qui n’était pas visible du sol. Vu la portance réduite dû à la contamination de la surface, j’ai réduit mon angle d’attaque tout en continuant de gagner de l’altitude. À -35°C je n’avais pas beaucoup espoir à ce que ça fonde et l’idée de revenir atterrir m’a traversé l’esprit. À mon grand étonnement, le soleil plombant sur l’avion a fait fondre le tout en moins de 2 minutes, malgré le froid extrême de l’air ambiant, et j’ai pu continuer mon vol.

Selon mon expérience avec le givrage, tout de même très limitée — et je tiens à en rester ainsi, j’ai remarqué que le givre clair s’accumule sur le bord d’attaque en premier, tandis que le givre blanc s’attaque à la surface supérieure de l’aile en commençant juste au-dessus du bord d’attaque. Ce dernier est plus difficile à déceler sur les appareils de l’école puisque seulement le dessous des ailes est visible. Comme nous pilotons des avions qui ne sont pas certifiés pour le vol en conditions de givrage, il est impératif de quitter immédiatement la région dans laquelle on accumule du givre. -Jean-Sébastien Dominique, Février 2014

Givrage
Givrage sur C-FWLF

On peut noter que sur les avions à ailes hautes, on peut déceler le givrage en regardant les roues.

-Alain Pepin, Février 2014

Article écrit par