Initiation à l’hélicoptère

Hélicoptère
Hélicoptère

J’ai eu l’opportunité, en fin de semaine dernière de faire un tour d’hélicoptère, un R44 de la compagnie Robinson, et de le piloter brièvement. J’aimerais vous partager quelques détails techniques que j’ai trouvés intéressants:

– L’hélicoptère peut planer. Nous avons simulé une panne moteur. Le taux de descente est phénoménal: 1500 pieds/minute. Lors de l’arrivée au sol, l’hélicoptère possède une vitesse très élevée, et doit donc se ralentir en se cabrant, un peu comme on fait à l’arrondi en avion, puis rétablir l’assiette normale lorsque la vitesse devient nulle juste avant de toucher au sol. Ça ne laisse pas beaucoup de temps lors d’une panne moteur. Par contre, un hélicoptère peut se poser à peu près n’importe où.

– Les contrôles sont hyper-sensibles. Le cyclique (le manche de l’hélicoptère) permet d’incliner le rotor dans deux axes pour contrôler la vitesse et la direction de l’hélicoptère. Faire du surplace en hélicoptère demande une dextérité très fine et de petites corrections continuelles sur le cyclique, et ça devient particulièrement difficile lorsque les vents sont importants.

– Les hélicoptères sont limités en vitesse, et cette limite est physique. Puisque les pales voyagent à environ 400 km/h, la pale reculante arrête de créer de la portance lorsque la vitesse de l’écoulement d’air est égale à sa propre vitesse (vitesse relative devient nulle). La solution pourrait être d’augmenter la vitesse du rotor, mais le risque d’avoir des écoulements d’air supersoniques créerait d’autres problèmes, d’autant plus que la pale qui avance subit l’effet inverse: sa propre vitesse s’additionne à celle de l’hélicoptère.

– La rotor de queue, visant à contrer le moment de réaction créé par le rotor principal, est relié mécaniquement à ce dernier via un arbre de transmission.

– Le moteur Lycoming de 275 hp du R44 consomme 17 gallons de 100LL à l’heure, et le taux horaire pour la location de l’appareil est de 500$. Robinson offre aussi un R44 à turbine, qui est plus léger.

Somme toute, j’ai trouvé l’expérience très enrichissante, et l’hélicoptère donne véritablement l’impression de voler, puisqu’on peut autant aller rapidement, que faire du surplace, à n’importe quelle altitude, ou encore faire des changements brusques de vitesse. La flexibilité de ce moyen de transport est sans doute sa plus grande force.

-Jean-Sébastien Benny, 23 mai 2014

Article écrit par